Colporteur de chansons

douzieme semaine de colportage

douzieme semaine de colportage

Namaste,


C'est chez mon ami Navneet et chez sa femme Prya que j'ai passé une grande partie de ma douzième semaine de voyage. La journée Navneet allait travailler. J'ai revu plusieurs fois Mina l'étudiant rencontré dans le bus. Avec ses copains nous avons visité quelques sites célèbres comme le mausolé du Mahatma Ganghi


Ghandi est appellé en Inde "le père de la nation". Il rêvait d'une société indienne juste et égalitaire. Pendant la colonisation anglaise il a entrepris de nombreuses actions non violentes afin que l'Inde accède à son indépendance. Il a dénoncé publiquement les inégalités entre les hommes selon leur appartenance sociale (système de castes encore très présent). Gandhi demandait à chacun de "vivre simplement pour que simplement puissent vivre les autres". 

 

 

Statue de Ghandi à côté du drapeau Indien


Dans le centre de la capitale Indienne se trouve l'ancien quartier appellé "Old Delhi". Une grande agitation règne au sein de son immense bazar. Des milliers de petits commerçants garnissent les petites ruelles ou seuls les piétons et les vaches circulent. Il faut d'ailleurs faire attention où on pose les pieds, une bouse est vite arrivée. Les vendeurs proposent leurs produits à voix haute, l'odeur de l'encens et des épices titille les narines, les yeux ne savent pas où se poser tellement il y a de choses à vendre. J'ai aimé me perdre dans ce labyrinthe de petits trésors.


Ici comme ailleurs en Inde, les prix sont rarement fixes et varient en fonction de la tête du client. Il est souvent nécessaire de négocier le prix en parlant avec le vendeur. Parfois on peut diviser par 3 le prix annoncé initialement. La vie est beaucoup moins chère qu'en France mais cela n'empèche pas la pauvretè d'être omniprésente. Beaucoup d'Indiens ne gagnent pas plus d'un euro par jour malgré des métiers pénibles.


  Des métiers pénibles


Le soir en attendant le bus, quelqu'un a réussi à prendre mon appareil photo dans le sac à dos, sans que je m'en aperçoive. Ce n'est qu'une fois dans le bus que j'ai constaté son absence...bien déçu de l'avoir perdu avec toutes les photos et vidéos prises depuis une semaine.


Mon appareil photo me sert à récolter les chansons des enfants, coincidence ou non par deux fois une nouvelle récolte est tombée à l'eau. Mina et ses amis m'avaient donné le contact d'un centre d'accueil pour enfants n'étant pas scolarisés (manque d'argent). Hélas je n'ai pas pù les rencontrer mais ce n'est que partie remise. 


Il a fait très chaud cette semaine à Delhi et je n'étais pas très en forme à cause de problèmes digestifs. Le changement d'alimentation y est surement pour quelque chose. Avec la "tourista" (expression pour signifier la diarrhée) je n'ai pas visité beaucoup le centre de Delhi (à 2 heures de bus) mais davantage les toilettes de mon ami.


Navneet, le lhassi à la main

(mélange de yaourt et d'eau avec du sucre)

A l'appartement j'ai profité du lecteur DVD pour regarder le film "Woh lahme"dans lequel j'apparait. Lors de mon précédant voyage en Inde j'avais été sollicité pour être figurant dans un film de Bollywood. Bollywood est la plus grande production mondiale de film, beaucoup d'indiens adorent aller au cinéma.

J'avais alors passé toute une journée à faire semblant de regarder un défilé de mode accoudé au comptoir d'un bar, le verre de whisky à la main et habillé en costard-cravate. Finalement j'apparaît 2 fois 1 seconde au fond de l'écran. C'est court mais plutôt comique!


 

 

 

 

 

 

 

 

               Le bus est plein!

 

Un lendemain de fête avec des amis de Navneet et Prya, j'ai pris le bus avec un nouvel appareil photo en poche en direction de Rishikesh. C' est une ville au bord du Gange et des montagnes Himalayennes. 7 heures de bus (pour 230km) ont été nécessaire pour l'atteindre.

 

Sur la route j'ai croisé beaucoup de cargaisons de canne à sucre, parfois transportées en camion, en rickshaw ou encore en charettes tirées par des vaches. Les champs de canne à sucre ressemblent aux champs de mais mayennais.

            

 

Une fois les feuilles enlevées, il reste une tige marron. Dans les rues on la broie à l'aide d'une machine et il en sort du jus de...sucre?! Avec du gingembre, du citron et de la menthe c'est délicieux.

 



 

 

 

 

                   

 

  Le jus de la canne à sucre est servi

 

Je pars aujourd'hui lundi 07 avril récolter une chanson dans un petit village isolé en montagne où il n'y a pas internet. J'y resterai normalement deux ou 3 jours avant de rejoindre le Népal par le nord ouest (deux ou trois jours de bus avant Pokhara). Il me sera difficile de vous tenir au courant de ma treizième semaine pendant ces jours-ci, soyez patients!


Philmilingue .


Pierre 


Publié à 04:45, le 6/04/2008, dans Periple entre France et Nepal, Rishikesh
Mots clefs : Navneet Prya


<%EntryTitle%>

{ Publié par <%EntryAuthor%> }
<%EntryBody%>
Publié à <%EntryTime%>, le <%EntryDate%>, dans <%EntryCategory%>, <%Localite%>
Mots clefs : <%Tags%>

Menu

AGENDA
0. ACCUEIL et QUI SUIS JE
1. BAP DI BOUP
2. COLPORTEUR DE CHANSONS
3. DUO avec MATTHIEU HAMON
4. ENCHANTE
5. HUGUETTE THE POWER
6. LE VOYAGE DE TUNGA
7. MEME LES WATTS
Audio et video
CONTACT @ et tel
Divers apres le voyage
Les choeurs ensoleilles (ancien projet)
Meme pas peur (ancien projet)
Periple entre France et Nepal
Zeketoum (ancien projet)

Rubriques

Des arbres et des hommes
Facebook pierre
Facebook Mémé les watts
Manu Grimo
M'zelle Magali
Olivier Hédin- Cie Oh!

:

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photos

La carte des lieux visités





«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 




<%letter%>